Adhérent à l’honneur – Malgré la crise, ils n’ont pas cessé de « rendre service »

Déconfinement et reprise d’activité
mai 13, 2020
Enquête CPME 71 : « L’après Covid-19 »
mai 14, 2020

14 mai 2020

Dans le secteur tertiaire, certaines entreprises n’ont pas eu d’autre choix que de fermer temporairement leurs portes. D’autres ont poursuivi leurs activités et s’adaptent aux conséquences de la crise. A l’image de l’entreprise de nettoyage C’Net, qui a investi pour répondre à la demande.

C’est une drôle de machine que l’entreprise C’Net, à Chalon-sur-Saône, vient tout juste d’acquérir en cinq exemplaires. On la remplit de produit virucide et voilà qu’elle diffuse une brume invisible mais redoutable pour désinfecter l’endroit dans laquelle est est installée. « Elle peut traiter une pièce de 60m3 en 4 minutes », annonce Jean-Renaud Jacquinet, le directeur, ravi d’être l’un des premiers dans son secteur à posséder un tel équipement, utilisé aussi dans le milieu hospitalier.

Cet investissement de 15000 € n’était pas au programme de la société, mais le coronavirus est passé par là. « Ça rassure les clients. Après deux mois passés confinés, beaucoup sont craintifs de revenir sur leur lieu de travail ». Ce nébuliseur sera en action dès la semaine prochaine à l’office de tourisme de chalon, qui a vu passer du monde avec l’installation provisoire d’un marché de producteurs.

Car depuis mi-mars, les entreprises de nettoyage sont sur le pied de guerre et n’ont jamais cessé leur activité. « Nous avons diminué de moitié, poursuit le directeur. Nous travaillons beaucoup avec des sociétés privées, et il y a forcément moins de travail quand elles sont fermées ou que les gens travaillent de chez eux. »

Des travailleurs isolés donc mieux protégés

Tout doucement, les entreprises accueillent à nouveau leurs salariés et les coups de téléphone reprennent dans la société de nettoyage. Même si ce n’est pas facile de satisfaire tout le monde en même temps C’Net compte environ 800 clients, principalement  en Saône et Loire.

Si les agents d’entretien et les techniciens n’ont pas quitté le front, les procédures ont été renforcées. comme c’est le cas pour la Stac, la Société des transports de l’agglomération chalonnaise. Les bus sont désinfectés « plus souvent et en profondeur », insiste le directeur. Pour les agents d’entretien et les techniciens d’intervention, la façon de travailler n’a que peu changé. Dès le début de la crise, il y a bien eu distribution de gel hydroalcoolique, mais les masques, comme partout, se faisaient plus rares.

« Mais cela n’est pas forcément nécessaire, précise Jean-Renaud Jacquinet. Nos salarié, par définition, sont des travailleurs isolés qui interviennent justement quand les gens ne sont pas dans les locaux ».

Interviendront-ils de plus en plus cette crise sanitaire ?

Le directeur ne peut pas vraiment savoir si son secteur d’activité va vraiment en profiter : « On a quand même tous perdu de l’argent depuis mars ». Il espère fortement, en revanche, que l’image de son métier va s’améliorer. Il en est même persuadé : « Cette période fait que les agents d’entretien vont être de plus en plus considérés »

Sandrine MICHELIER

A Chalon, Jonathan Duchaussoy est resté opérationnel pendant le confinement

Jonathan Duchaussoy a créé son entreprise, experte dans le domaine des installations en courant faible, en fin d’année 2019 à Chalon-sur-Saône. Pendant le confinement, le jeune entrepreneur a toujours assuré un service de proximité. Pendant cette période, l’entreprise Jonathan Duchaussoy Unitec, qui réalise aussi l’installation de produits de vidéosurveillance, d’alarme d’intrusion, de contrôle d’accès, de télécommunication, de réseaux cuivre et fibre optique et l’installation de solutions d’appel malade, est intervenue dans des établissements hospitaliers, des mairies, sur des chantiers et chez des particuliers.

« Je travaille comme un artisan, avec la proximité des clients et la réactivité, surtout en cette période où chacun a besoin des connexions nécessaires pour rester e, contact, souligne-t-il. J’ai adapté mes interventions avec le port du masque, le respect de la distanciation physique et le lavage très fréquent des mains, avec du savon ou du gel hydroalcoolique. »

CÉJY (CLP)