Adhérent à l’honneur – Jérôme BROCHOT – Restaurant Le France à Montceau

JO 2024 : un outil à destination des entreprises
mai 28, 2021
Adhérent à l’honneur – Agnès VITTEAUT
mai 31, 2021

17 mai 2021

Jérôme Brochot : un accueil plus intime, mais une cuisine de fête

Photo JSL /Jean Marc VUILLAMY

Le célèbre cuisinier montcellien se recentre sur Montceau, après la vente de son établissement dijonnais. Il veut aussi se réinventer. Il explique ses ambitions.

Il faudra attendre encore un peu pour voir Jérôme Brochot rouvrir son restaurant place Beaubernard à Montceau.

Et ce pour plusieurs raisons. « La première, explique-t-il, c’est que ni moi, ni mes employés ne sommes vaccinés contre le Covid-19. Et comme je n’ai pas envie de faire prendre de risques, pas plus à mes clients qu’au personnel, nous patienterons jusqu’à la mi-juin. La seconde, c’est la taille et l’exposition de ma terrasse qui, vu la météo du moment, ne me permettent pas de travailler convenablement. Enfin, et surtout, j’ai envie de changer complètement mon rapport à la cuisine. »

En un mot comme en cent, l’ancien chef étoilé a envie de se faire plaisir tout en soignant comme il se doit ceux qu’il recevra. « Je veux accueillir une quinzaine de clients au maximum, de sorte à pouvoir quasiment personnaliser le service et faire de ces repas des moments de bonheur partagé. »

Un bonheur qui aura un coût plus élevé sans doute ? « Pas forcément, ajoute-t-il immédiatement. Je crois même que l’addition s’en trouvera souvent allégée, du fait d’une équipe restreinte mais totalement dévouée à ses invités. »

Une semaine repensée

Car c’est ainsi qu’il considère ses futurs clients à qui il proposera de nouvelles formules et des horaires novateurs. C’est ainsi que le restaurant sera ouvert les mercredis, jeudis et vendredis midi seulement avec au menu une formule unique à 30 euros. « Je travaillerai essentiellement des produits de saison, développe-t-il et l’inspiration sera celle du moment. »

Par ailleurs, il compte organiser chaque mercredi et jeudi soir des soirées cuisine. L’occasion pour les néophytes de cuisiner avec lui, mais aussi de déguster seuls ou avec des amis ce qui a été préparé, les soirées débutant à 19 heures pour se terminer aux alentours de 23 heures. Enfin, les vendredis soir et samedi midi et soir, il continuera de proposer “la table de Jérôme” dans laquelle on retrouvera entre autres les spécialités du chef, tels le bœuf confit au comté, les escargots déclinés en cinq façons ou le célèbre sorbet au foin… mais aussi des nouveautés ! Quant aux vins, là aussi, il innovera avec une “Épicerie des vins” où l’on pourra se restaurer autour d’une plancha de fromages ou de charcuteries, mais aussi acheter les vins que l’on désire déguster à table lors du repas à des prix de caviste, donc moins chers.

« Mon but : rendre accessible à tous les produits que j’utilise »

« Mon but, termine-t-il, c’est de rendre accessible à tous les produits que j’utilise et de faire de ces rencontres de vrais moments de fête »

 

Montceau-les-Mines – Un lieu à l’écart du temps et des problèmes

Jérôme Brochot aurait-il changé ? Sans doute. Après avoir cédé son enseigne dijonnaise, L’Impressionniste , l’homme a décidé de se recentrer sur son activité de cuisinier et de s’y consacrer pleinement à Montceau. Avec toujours autant d’originalité et d’inventivité, mais surtout pour se faire et donner du plaisir.

« Je veux que ce restaurant devienne une sorte de havre de paix. Un lieu où on laisse ses problèmes à la porte, et où l’on entre avec la certitude de trouver une sorte de cocon. En cela, la jauge d’une quinzaine de personnes me semble indispensable. »

Le concept est nouveau. Prendra-t-il à Montceau ? En tout cas, Jérôme Brochot le pense puisqu’il a d’ores et déjà décidé de mettre en place une carte de membre qui aura tendance à fidéliser la clientèle en échange d’avantages substantiels (on parle de moins 25 % sur les additions).

-J.M.V (CLP).