Restitution des Assises du commerce : la CPME favorable à la mise en œuvre d’une véritable politique commerciale en France

Invitation FORUM EMPLOI GRAND CHALON du 10 mars 2022
janvier 14, 2022
Prime PEPA : notre modèle-type pour vous faciliter le versement
janvier 20, 2022

14 janvier 2022

Lors de son discours d’ouverture, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances a dit vouloir « créer une véritable politique commerciale pour la France ». Pour ce faire, un plan commerce à échéance 2030 et une structure gouvernementale dédiée au commerce, seront mis en place.

« La CPME, qui a participé activement aux 12 réunions des Assises du commerce pour représenter et soutenir le commerce de proximité, s’en félicite, précise Sébastien MIGNOT – président en charge du Commerce à la Cpme-71, et ce, d’autant plus que dès 2017, nous avions interpellé le président de la République sur les problématiques induites par la diminution dramatique du nombre de commerces, en insistant sur la dimension sociétale du commerce ».

« Aujourd’hui, encore plus qu’hier, insiste-t-il, le commerce est au cœur des transformations économiques et sociétales de notre pays. Ce contexte induit un véritable risque systémique de disparition des acteurs du commerce ayant une présence physique importante. Une telle situation ne serait pas sans conséquence, notamment pour nos cœurs de ville.

Il est donc impératif d’agir vite et fort… Sans attendre la fin du prochain quinquennat ».

« Simplification des règles, rétablissement d’une concurrence équitable entre les différentes formes de commerce, énumère Sébastien MIGNOT, suppression de taxes commerciales inéquitables, accompagnement à la transition numérique, soutien à l’investissement commercial, facilitation de l’accès aux centres-villes, mesures contre le vol à l’étalage et pour la sécurité des commerçants, ou encore développement des compétences de demain, sont autant de points qui devront faire partie de ce plan ».

« La CPME veillera dans les mois qui viennent à ce que sa mise en œuvre soit à la hauteur des attentes de ceux qui font vivre au quotidien ce commerce auquel nos concitoyens sont profondément attachés. Même si, dans l’immédiat, la première urgence est de continuer à accompagner nos commerçants les plus frappés par les restrictions sanitaires ».

« Le commerce, tous les commerces, sont essentiels. Espérons qu’on ne l’oublie plus jamais, conclut-il ».