Protocoles national de déconfinement : pas assez loin, pas assez vite

Convention citoyenne pour le climat : les TPE-PME attendent des mesures réalistes leur permettant de contribuer à la transition écologique
juin 19, 2020
Nouveaux adhérents
juin 26, 2020

23 juin 2020

Le projet de nouveau protocole national de déconfinement dévoilé ce jour par Les Échos, alors même que les consultations sont en cours, allège pour partie les contraintes qui pèsent sur les entreprises, en particulier, en ce qui concerne la jauge des 4m2 par salarié. 

« Il est également important et positif, note le Président de la CPME de Saône et Loire, Thierry BUATOIS, que le télétravail n’est désormais plus la règle dans les entreprises.

En revanche, regrette-t-il, des mesures susceptibles de simplifier réellement la vie au quotidien dans les entreprises, n’ont pas été adoptées. Ainsi, le port du masque en période caniculaire, sur les chantiers ou dans les cuisines par exemple, est tout simplement insupportable. Accepter qu’il soit remplacé par une visière aurait sans doute été trop simple. De même, poursuit Thierry BUATOIS, le fait de devoir désinfecter systématiquement un objet dès lors qu’il a été touché, est, dans la pratique, incompatible avec le monde réel du travail ».

« Il est tout aussi incompréhensible, fait remarquer le Président, d’obliger à mettre en place un référent Covid dans les entreprises, en précisant qu’il ne peut s’agir du chef d’entreprise, auquel il revient pourtant de s’assurer que soient mises en place les mesures visant à éviter la propagation du virus. Cette contrainte administrative supplémentaire dont la CPME demande la suppression, ne répond à aucune justification sanitaire.

Par ailleurs, réclame-t-il, au-delà de ce protocole sanitaire national interentreprises, il conviendrait également, à tout le moins, d’alléger les protocoles par métier dont certains s’immiscent jusque dans les moindres détails, dans la vie et l’organisation de nos entreprises ».

« Enfin, conclut le Président BUATOIS, il serait souhaitable de connaître la date de la « phase 4 » du déconfinement actant, si la situation sanitaire reste stable, le retour à la normale, celui-ci ne correspondant pas, à priori, à la date de la fin de « l’état d’urgence sanitaire » fixée au 10 juillet prochain.

Étant bien entendu précisé qu’en cas de reprise de l’épidémie, ces différents protocoles pourraient être réactivés rapidement ».