Élection présidentielle en vue, la CPME souhaite que la France mette le cap sur les PME !

Comment aider les apprentis et stagiaires à se loger en milieu rural
février 10, 2022
Index égalité pro et DOETH, point sur les échéances
février 11, 2022

10 février 2022

Découvrez les 76 propositions de la CPME dans le document « Cap France PME 2022-2027 »

 

« L’entreprise est un pilier majeur de la société française, rappelle Thierry BUATOIS, qui préside la Cpme de Saône & Loire, et qui rencontrait le président Emmanuel MACRON ce jeudi à Belfort. Elle participe à la création de richesses, fournit du travail aux Français, contribue largement au financement de la protection sociale et constitue un lien social irremplaçable. 

Pour autant elle ne peut, à elle toute seule, régler l’ensemble des problèmes de la société française. Elle ne peut non plus se soustraire à son environnement et à ses évolutions. 
Transition écologique, insertion par le travail et transition numérique offrent, par exemple, autant d’opportunités qu’elles ne recèlent de difficultés potentielles pour les entreprises. Faire les bons choix en tenant compte de la réalité des entreprises sera donc déterminant pour l’avenir de notre tissu économique. En se souvenant toujours qu’une PME n’est pas une grande entreprise en modèle réduit. »

« Autre point clé alors que les entreprises peinent à recruter, constate-t-il amèrement, le travail mérite de retrouver la place centrale qui est la sienne. Redonner le goût au travail, c’est lui redonner tout son sens mais également sa valeur pour parvenir à une juste rétribution sans pénaliser pour autant la compétitivité des entreprises ». 

« Notre modèle social aussi doit évoluer en réformant, notamment, son régime de retraites et en s’appuyant sur un paritarisme libéré de la tutelle publique, dépassant les intérêts catégoriels et incarnant une part de ce « bien commun » qui nous est si cher.  

Un « État amortisseur social », doit succéder demain à l’État providence actuel qui asphyxie les acteurs économiques en prélevant toujours davantage sans pour autant démontrer son efficacité.  La sphère publique, devenue au fil des années, omnipotente et omniprésente, doit être recentrée sur ses véritables attributions. C’est à ces seules conditions qu’on parviendra, enfin, à diminuer la dette publique, faisant peser un danger potentiellement mortel à notre pays, dont la souveraineté pourrait être remise en cause si les taux d’intérêt repartaient à la hausse. » 

« Nos entreprises ont un rôle à jouer, martèle le président BUATOIS, à la place qui est la leur. Elles y sont prêtes si on nous offre un cadre adapté à leur développement en encourageant la prise de risques et en simplifiant la vie des entrepreneurs. Inciter plutôt que pénaliser à tout va, c’est le sens des propositions que, forte de notre position de 1ère organisation patronale de représentation des employeurs, la CPME formule à l’attention des candidats à l’élection présidentielle française. » 

NDLR : Les principaux candidats seront reçus à la Confédération pour évoquer leur programme économique, social et environnemental, et dialoguer avec des chefs d’entreprises. A ce stade sont d’ores et déjà calés, le mercredi 9 mars, tour à tour, Anne Hidalgo et Marine Le Pen. Le mercredi 16 mars, Yannick Jadot sera suivi de Valérie Pécresse, qui précèdera Eric Zemmour.