Démarchage téléphonique et crise des matières premières : la CPME vous informe

Revirement du Conseil d’État sur le salaire minima hiérarchique
octobre 14, 2021
Semaine Action Logement – 5ème Édition [du 18 au 23 octobre 2021]
octobre 18, 2021

14 octobre 2021

Chefs d’entreprise, si vous faites du démarchage téléphonique, bonne nouvelle, les tarifs d’abonnement Bloctel ont baissé.
Si vous travaillez dans le secteur du BTP et êtes impactés par la crise des matières premières, bénéficiez de l’action du comité de crise qui lutte contre les comportements non solidaires.

Bloctel : tarifs gratuits pour nombre de TPE et PME !

Toute entreprise qui appelle des clients consommateurs en vue de contracter avec eux est obligée de soumettre, au préalable de toute campagne, ses fichiers à la liste Bloctel d’opposition au démarchage téléphonique.

Elle doit donc s’abonner à Bloctel, dont les tarifs viennent de diminuer, notamment pour les entreprises qui ne disposent pas de plus de 100 000 numéros dans son fichier clients pour démarchage. Pour rappel, les sanctions sont élevées, allant de 15 000 €  à 75 000 € d’amende administrative.

 

Tensions sur les matières premières et les approvisionnements

Le comité de crise du BTP appelle les acteurs de la filière à une forte mobilisation afin d’en atténuer les effets.

Sous la présidence de Pierre Pelouzet, médiateur des entreprises, ce comité, créé en juin dernier et dont la CPME est membre, traite des comportements « non solidaires » tout en aidant à qualifier les bonnes pratiques au sein de la filière BTP.  

Lors de la réunion du 5 octobre, les membres du comité ont constaté que les pratiques s’amélioraient, grâce à l’action de ce groupe de travail. Toutefois, la mobilisation de tous les acteurs de la chaîne est encore nécessaire, alors que des tensions sur les matières premières sont toujours à l’œuvre. Le comité de crise a donc lancé un appel à tous les acteurs du secteur afin qu’ils fassent remonter des informations sur des comportements non solidaires tant des entreprises privées que des personnes publiques.

Pour en savoir plus, consulter le communiqué de presse du comité de crise du BTP.